• contact@ysabellerose.com

Archives de l’auteur

New Year, New Me 

New Year, New Me (comment je vais changer cette année)

Avec le changement d’année, viennent les bonnes résolutions, les échanges de vœux, et souvent l’envie irrésistible de changer des choses dans notre vie. Car oui, personne n’est parfait et il y a toujours des choses dans notre vie dont on ne veut plus, car nous savons tout au fond de nous qu’elles ne nous font pas du bien.

Souvent, on se demande : qu'est-ce que je veux faire cette année, qu'est ce que je veux avoir ? Mais on ne réfléchit pas forcément à qui l'on veut être. Car tout part de nous, n'est-ce pas ? D'abord, je me sens bien, je m'aime, je m'accepte comme je suis, je prends soin de moi. Puis le reste suis plus facilement. Avec plus de sens, et moins de blocages.

Alors comment mettre en avant ce qui nous aide à avancer et être meilleure chaque jour ? Comment changer ce dont on ne veut plus ? Doit-on utiliser la méthode douce ou la méthode forte ?

Attrape une feuille et un stylo, voilà ma méthode en 4 étapes pour vivre une année dont tu seras fière.

Étape 1 : qui je suis vraiment
En étant honnête avec moi-même, je me rends compte que j'ai déjà beaucoup changé l'an dernier. J'ai appris de mes expériences et j'ai gagné en maturité. Et il est évident que mes envies d'hier ne sont plus mes envies d'aujourd'hui (désolée Prince Charmant...). Ainsi, il est important de faire le point avec soi-même avant tout. Pas nos objectifs, nos actions, mais qui nous sommes vraiment, l’être humain tout au fond de nous.
Pas facile de chercher à se décrire, pourtant, c’est le point de départ pour mieux se comprendre.

Les questions suivantes peuvent nous aider dans cette introspection: qui suis-je ? Qu'est-ce que j'aime maintenant ? Qu'est-ce que je ne supporte plus du tout ? Suis-je à l’aise et en accord avec moi-même ? Qu’est-ce qui m'importe vraiment ? Mon corps, mes émotions, mon esprit sont ils alignés ? Qu’est-ce que mes actions disent de moi ?

Face à nous sur notre feuille de papier, notre description honnête et spontanée de nous-même peut nous surprendre ou nous amuser, mais ce n'est que le début.

Étape 2 : qui je veux être
Bien sûr, avec une baguette magique, je voudrais changer mille et une choses dans ma vie. Mais là, il s'agit plutôt de réfléchir consciemment à mes objectifs, et aux aptitudes que je dois développer pour les atteindre. Qui dois-je devenir ? Idéalement, quel caractère pourrai-je adopter pour être celle que j’ai envie d'être ?

Cette femme d'affaires que j'admire tant, quelles qualités possède-t-elle ? Du courage, de la résilience, un sens de l’humour ? Si je les possédais moi aussi, serai-je une meilleure femme d'affaires ?

Qu’est-ce qui pourrait contribuer à ce que je devienne une meilleure version de moi-même ?

Étape 3 : mes choix, et mes priorités
L'année dernière, j'ai couru plusieurs lièvres à la fois, et c’était fatiguant. En bonne "control freak", j'ai atteint certains objectifs. Mais aujourd'hui, je veux plus de sérénité, donc je dois vraiment m'y prendre différemment.

Mais soyons honnêtes et conscientes du challenge : des objectifs chiffrés, la pression du travail bien fait, des comptes à rendre, une vie de famille et une vie sociale à tenir, de l'argent à gagner, un corps à nourrir (si possible bien) et entretenir... Et 24h dans une journée. Nous ne sommes pas des machines. Donc il faut choisir !

Par quoi on commence ? Une liste ! Oui la liste des choses importantes à accomplir cette année. Et puis quand on a terminé notre liste, on priorise en faisant le Top 3.

Depuis que j'ai en tête mon Top 3, tout est plus clair. Je ne pense plus au n°4, n°5, ni même à ce truc que "j'aimerai bien faire quand même". C'est le Top 3, mes 3 priorités, et puis c'est tout ! Je suis totalement en accord avec ma décision, donc je vais de l'avant facilement.

Étape 4 : mon engagement à suivre ma voie

Ah, l'engagement. Une pointe de panique à la vue de ce mot, qui amène avec lui les idées de sacrifices à venir, la contrainte, la démotivation, la peur. Parfois, nous pressentons le chemin à suivre, la voie à prendre, mais la peur se dresse entre nous et notre envie de nous dépasser.

Parfois, nos expériences malheureuses, nos échecs nous découragent et stoppent nos initiatives. Oui, cela peut arriver. Mais parfois, on se lève et on dit F***K à toutes nos excuses, on décide que c'est maintenant qu'il faut le faire, on arrête de réfléchir, et on fonce.

C'est ça l'engagement. On jauge rapidement pourquoi on le fait, ce qu'il faut faire, et on le fait. Jour après jour. Certains jours, on prend des pauses, on est humain après tout. Mais on se remet en selle bien vite, et on avance, coûte que coûte.

En général, pas de regret, mis à part, "pourquoi je ne l'ai pas fait plus tôt ?

Yams.

Tu as apprécié cet article ? Alors Partage, Abonne toi à Living-my-life.com
Ysa

Vouloir c’est Pouvoir

 "Asian spirit"

Pour cet article, je dois vous conter une anecdote. Voilà, j'étais au bord d'une piscine à Saigon, au Vietnam.
Savourant le soleil, je m'apprêtais à écrire cet article.
Toutes les conditions étaient réunies, j'étais détendue et de bonne humeur. Me manquait-il peut-être un peu d'inspiration?
Qu'allais-je vraiment écrire?
Les idées se bousculaient, un va et vient permanent, mais impossible d'en fixer une vraiment dans mon esprit.
Donc ce dernier vagabondait au gré des bruits incessants des enfants jouant autours de la piscine.
Soudain, alors que j'avais les yeux rivés sur ma feuille blanche, un homme vietnamien passe près de moi et me dis bonjour.
Ensuite, question classique, il me demande, en anglais, d'où je viens.
Je réponds que je suis française.
Et là, à ma grande surprise, il me réponds en français, sûrement les seuls mots qu'il connaissait dans cette langue, "Vouloir c'est pouvoir"!
J'étais ébahie par le choix de cette belle expression. Ces trois mots sonnaient merveilleusement en moi.
Je l'ai remercié d'un large sourire.
Il est parti, je me suis mise à écrire : j'avais mon idée!
"Vouloir c'est pouvoir", voici une phrase simple mais très positive qui mérite un peu de méditation de notre part.
En Asie, ce n'était pas la première fois que j'entendais ces mots, bien sûr plus facilement utilisé en anglais.
Cette expression reflète très bien l'état d'esprit asiatique car en effet, ils sont déterminés, entreprenants et pleins d'espoir.
Quelle ironie ,alors, d'entendre cette expression française, cantonnée si joyeusement par cet homme, alors qu'en France, la plupart de nous, avons perdu la "flamme"!
Cette pensée a fait tout de suite écho à une conversation que j'avais eu la veille avec une amie française.
Je lui parlais de mon projet de création d'entreprise que je souhaite démarrer en France.
Elle était bien sûr contente pour moi mais très vite, elle ne pu s'empêcher de me dire que c'était périlleux de créer son entreprise, qu'il y avait pleins d'obstacles...
Même si cela est la réalité, à mon tour, je ne pu m'empêcher de me dire au fond de moi : "Mais quel pessimisme!!!"
Je n'étais pas pour autant étonnée car cette réaction est malheureusement très française.
 Nous avons peur avant de commencer quoi que ce soit.

Nous pensons avant tout aux obstacles, plutôt que de croire en la force de notre projet. Certains ne prennent pas assez en compte la force de la volonté, notre énergie créatrice.

Cette volonté ne doit pas être bridée par des pensées négatives, des doutes infondés, des scénarios catastrophes qui ne sont réels que dans notre imagination.
 Nous pensons trop, nous voulons toujours tout anticiper et au final, nous devenons notre propre ennemi !
Autorisons nous à être heureux!
Croyons en nous !Croyons en l'impossible !
Selon moi, Le plus difficile n'est pas la création de l'entreprise ou la mise en place de n'importe quel projet.
Ce qui requiert le plus de force et d'efforts est de dire "oui" à son envie, son désir, son attente et de se donner les moyens pour que celui-ci aboutisse.
Car en effet, notre ennemi numéro 1 est la peur.
Ce qui nous effraie c'est le saut dans le vide que l'on doit faire, c'est se confronter à la nouveauté, se risquer l'instabilité.
Il est vrai que ce n'est pas évident d'être un funambule sur son fil!
Mais c'est important d'avoir des challenges pour avancer et trouver son équilibre.
Alors, comme le funambule, prends de la hauteur et marche sur le fil de ta vie.
Pas à pas, avance avec précaution et surtout avec détermination.
Restes maître de toi et apprends à lâcher prise.
Tu apprendras à te surpasser, à vaincre tes peurs, à moins douter.
Et tu seras à coup sûr fier de toi !
De plus, dis toi que tu n'as rien à perdre : "Essayer c'est déjà une réussite pour nous même, c'est être dans une dynamique d'action et le fait de canaliser notre esprit dans un but précis.
Donc, je pense que la clef suprême pour réussir tout ce qu'on veut entreprendre, c'est croire en nous et au pouvoir de l'attraction.
En effet, si nous persistons à avoir des doutes illusoires, nous restons fébriles et risquons d'attirer des situations bancales, les gens auront du mal à nous faire confiance car ils sentiront nos hésitations.
Et à l'inverse, comme disait le philosophe et écrivain Goethe, "Si vous avez confiance en vous même, vous inspirerez confiance aux autres."
Mais comment faire pour avoir confiance en soi ?
Il n'y a bien sûr pas de solution miracle, ce ne serait pas marrant sinon.
Par contre, nous pouvons commencer par renforcer notre mental.
Voici alors mes tuyaux et mes conseils pour vous aider:
1/Commencer par s'aimer avec l'utilisation des affirmations positives, c'est à dire régulièrement se faire des compliments, reconnaître nos qualités, s'encourager.
Ceci fait écho au pouvoir de l'attraction mentionné un peu plus haut dans l'article.
2/La méditation est un bon outil pour lâcher prise, calmer le flux des pensées incessantes et être plus dans le présent.
3/Renforcer son corps (car comme vous le savez le corps et l'esprit sont connectés) par du sport, du yoga, une alimentation saine et aussi par le massage, un soin holistique par excellence, qui permettra de détendre à la fois le corps et l'esprit.
4/Faire un travail sur la source de nos peurs, angoisses (psychothérapie, hypnose...)
5/ Très important : s'entourer de personnes POSITIVES qui nous tirent vers le haut et pas l'inverse!
Donc oui, entreprendre, changer demande des efforts et du travail, et avant tout sur soi même.
Nous devons d'abord préparer le terrain en nous même pour pouvoir changer l'extérieur.
Mais quoi qu'il arrive gardes l'espoir car comme le dit si sagement M.Paul Coelho, grand écrivain, "Si tu veux vraiment quelque-chose, Tout l'univers conspire à faire en sorte que tu parviennes à l'obtenir."
Amicalement et passionnément,
Vickie
Ysa

Tiens moi au jus !

Quand on est une entrepreneuse en quête de sens et d'évolution on a besoin d'être en forme !
D'avoir une santé et un mental d'acier !
Rien de tel pour se rebooster et faire du bien à son corps  que d'adopter la "Juicy attitude" !
Car dans nos vies modernes de femmes entrepreneuses, où l'on doit mener de front son job parfois multiple si vous êtes une "slasheuse" (qui cumule les jobs), sa maison, ses enfants, son mari etc...
L'introduction de jus frais et maison est une bonne alternative surtout quand on a pas le temps de cuisiner "correctement", ou tout simplement que cela n'est pas "notre truc".
On dépasse ici le phénomène de mode, même si tous les grands entrepreneurs de ce monde s'y sont mis, comme Olivier Roland, Martin Latulippe, Margaux Klein etc... Et si nous voulons réellement être performante, il va être nécessaire de "s'alicamenter", c'est-à- dire se nourrir autrement, via un chemin qui se veut "progressif" vers une alimentation santé, et cela peut très bien commencer par l'entrée de la réalisation de jus frais dans son quotidien.
Un jus obtenu à partir de légumes et / ou de fruits frais uniquement.
L'idéal étant des jus de légumes uniquement, ou 80% de légumes et 20% de fruits.
Étant donné que le fructose et l'indice glycémique du fruit augmente sous la forme d'un jus, même si c'est du sucre naturel, il est conseillé de manger les fruits tels quels ( à croquer en dehors des repas ).
Pour la conception de jus nous allons tout simplement extraire grâce à un extracteur de jus, les fibres solubles d’un côté et les fibres insolubles de l’autre.
D’où le « non démarrage » du processus de digestion. Mais ça c’est dans « la théorie » car il reste toujours plus ou moins de fibres insolubles dans ce jus obtenu, donc si on veut éviter tout processus de démarrage de digestion, on passera ce jus obtenu dans une passoire ou un tamis (ou un tissus spécial) afin d’éliminer un maximum de fibres insolubles.

L’avantage de ne pas démarrer le processus de digestion , est tout d’abord de soulager l’appareil digestif, et aussi de permettre aux éléments contenus dans le jus comme les vitamines, minéraux, oligo-élément, enzymes, micro-nutriments, etc…de passer rapidement dans le sang ( entre 15 et 30 minutes environ).

Donc de récupérer directement toutes ces bonnes vitamines, minéraux , oligo-éléments, etc... sans mettre en route le processus de digestion, et ainsi de permettre à son corps et ses cellules de mettre leur énergie ailleurs . Grâce à cette nouvelle habitude nous retrouvons progressivement toute notre énergie, notre tonus, notre "positive attitude", et cerise sur le gâteau une perte de poids progressive, car avec l'apport de bon nutriments notre corps à moins faim et moins besoins de choses sucrées !

Sandra Gomez Berthier

http://les-kifs-de-sandra.com/category/accueil/

Ysa

A partir de quand suis-je une entrepreneuse ?

A partir de quand suis-je une entrepreneuse ?

Est-ce à partir du moment où je m’immatricule ? Du moment où je ne veux plus être une simple
étudiante ou une simple salariée ? Du moment où je commence à créer mes propres projets ?
Pour moi, être une entrepreneuse, c’est avant tout dans la tête. Pas besoin d’avoir un papier certifié
ou un numéro de SIRET expliquant que vous êtes « coach » ou « écrivaine » ou « consultante ». Vous
n’avez pas besoin de l’approbation de quelqu’un ou d’un système quelconque pour vous dire que
vous avez la capacité de devenir qui vous voulez être.

Etre entrepreneuse = un état d’esprit
Pour ma part, on devient entrepreneuse quand on commence à concrétiser nos projets. Cela peut
être par l’ouverture d’une page Facebook ou d’une chaîne Youtube, par le démarrage d’une
formation ou le démarrage d’un livre.
Comme le disait Simone de Beauvoir « On ne naît pas femme, on le devient », je pense qu’on ne naît
pas entrepreneuse, on le devient. Bien que je pense qu’à la naissance, nous avons déjà dans nos
gènes l’envie de devenir libre, de faire comme on l’a décidé. Cependant, pour être une
entrepreneuse, il est nécessaire de passer à l’action. Beaucoup ont des idées, et beaucoup ne les
mettent jamais en place. Ce n’est pas pour vous culpabiliser, rassurez-vous, parfois j’ai juste envie de
traîner 2 jours au lit en regardant des comédies romantiques (parce que moi aussi j’ai des peurs) et
puis après mon envie revient, cette envie d’aider les autres et de contribuer à un monde meilleur.

Être son propre patron : les rituels du matin
Travailler de chez soi demande une sacrée organisation, et ce n’est pas tous les jours facile. Plus de
cadre comme à l’école, en stage ou au travail, nous sommes les seuls maîtres de nos projets.
Parfois on ne sait pas trop par quoi commencer, c’est pour cela que j’avais envie de vous proposer
quelques outils qui pourraient vous aider dans votre journée. Les outils que moi-même j’utilise et qui
m’ont aidé sont : le « Miracle Morning » d’Hal Elrod et le « Défi des 100 jours » de Lilou Macé. Le
premier nous propose de nous lever plus tôt le matin et de mettre en place des « SAVERS » pour bien
préparer notre journée : un temps de méditation, d’affirmations, de visualisation, d’exercice
physique, de lecture et enfin d’écriture.

Quant au deuxième, il nous propose de poser des intentions
pour la journée à venir avec des défis qui sont en lien avec la thématique du cahier : se créer une vie
extraordinaire, développer son intuition, créer de la magie dans sa vie, améliorer sa relation à
l’alimentation et enfin, (le tout dernier) améliorer sa relation à l’argent. Lilou propose également un
temps, chaque soir, pour faire le bilan de sa journée et exprimer sa gratitude.

Quelques clés lorsque l’on a tendance à procrastiner
La meilleure des clés que j’ai trouvée est de parler de mes projets autour de moi. En effet, lorsque
l’on dit haut et fort que l’on a envie de mettre en place tel ou tel projet, on se sent mal revenir en
arrière. Alors, si je peux vous donner une piste, je vous dirais d’exprimer ce que vous avez envie de
mettre en place. Bien sûr, soyez vigilantes et n’en parlez pas à n’importe qui, surtout quand vous êtes
dans la préparation. Certaines personnes pourraient réveiller vos doutes et cela vous empêcheraient

d’aller au bout de vos rêves. Parlez donc en à des personnes qui sont sur le même chemin que vous,
inscrivez-vous à des formations, rejoignez des groupes d’entraides et allez à des évènements qui
vous font du bien. En plus de passer de bons moments, vous repartirez motivées et pleine d’envies !
Pour ma part, je me rends à des conférences au minimum une fois par mois et cela fait beaucoup de
bien !

Et vous, quelle est votre définition d’une entrepreneuse ? Avez-vous des pistes à partager avec celles
qui commencent leurs projets ? Des outils pour l’organisation, pour passer des idées à l’action ?
Partagez tout cela en commentaires ��

Aime-line Lopez
https://www.facebook.com/danslapeaudunejeuneecrivaine/
https://www.facebook.com/aimelineaime/

Ysa

Vivez la vie de vos rêves, attention aux mirages

Permuter – métamorphoser, bouleverser, corriger, diversifier, renouveler, réformer, évoluer, modifier

Bref en un mot CHANGER !

Changer oui mais pourquoi ? Comment ? Quand ? Avec qui ?

Il parait que 79% des Français, selon un sondage du Figaro Magazine réalisé par OpinionWay, veulent changer de vie. Soit 37 millions d’individus si on se limite aux plus de 18 ans !

Pourquoi un tel phénomène ? 
Que se passe t-il dans le cœur des gens ? Est-ce un gros caprice général ou une réelle mutation des comportements.
Aujourd’hui, on ose s'avouer que l’on n'est pas heureux dans la vie qu’on mène. On réalise beaucoup plus que  « la vie est courte" et on a de moins en moins envie de  mourir avec des  regrets ».

La grande vague de « live coaching » et de « webmarketeurs » ces dernières années font des émules et allèchent de plus en plus la population avec des slogans accrocheurs tels que : « Vivez la vie de vos rêves »

Mais que mettons-nous réellement derrière ce fantasme ?

« Vivre la vie de ses rêves » est une très belle accroche qui pique le cœur mais attention à l’arnaque ! Avant de foncer sur des mirages et vivre le cauchemar de votre vie faites une vrai check list de ce qui ne va pas réellement dans votre vie.

Un changement de vie idéal serait celui qui vous fait passer d’un état de non-confort psychologique à un état de joie et de sérénité !
C’est pourquoi il est important de bien préparer son changement pour éviter de se retrouver encore plus mal !

Exemple : quitter la ville pour partir à la campagne a fait vivre des cauchemars à des centaines de familles. Devenir un néorural ne s’improvise pas.

Quitter sa boite pour ouvrir la sienne a mis des centaines de familles dans la torpeur, car là aussi créer sa boite et avoir une vie d’entrepreneur ne s’improvise pas.

Le rêve de changer de vie est souvent lié à une insatisfaction existentielle.
Cela peut-être dû à l’éducation, de mauvaises expériences, un manque d’introspection.
Ce qui crée un comportement immature qui amène sur l’illusion d’une autre vie qui serait idyllique. Mais la plupart du temps, les frustrations reviennent et parfois encore plus fort.

À l’inverse lorsque que cette envie de changer est une envie puissante et qu’elle devient une évidence inévitable, alors le changement devient une véritable joie malgré les difficultés que l’on peut rencontrer. C’est comme si on commençait à respirer pour la première fois.

Lorsque l’on va a contre sens du sens de sa vie, le changement vous suit comme une ombre !

De gré ou de force la vie va vous proposera de changer de chemin.

Burn out, accident, maladie, liquidation mais aussi héritage, coup de chance au jeu, opportunité, des événements qui vont qui vous aide à dire un grand oui au changement.

Toutefois même sans événement particuliers, on peut ressentir cette envie prégnante de changement et c’est tant mieux, car cela permet de bien le préparer et d’anticiper les problématiques éventuelles.

 

Changer de vie c’est le moyen de se réinventer, c’est l’opportunité de vivre deux vies dans une vie c’est un peu mourir sans regret.

 

Conseils avant de se lancer :

Prenez des vacances pour faire une analyse fine de vos besoins, du sens de votre vie et de ce que vous imaginez vivre après.

Il n’y a pas de prix pour être heureux, notre bonheur est à la hauteur de nos choix.

« C’est votre attitude qui déterminera la réussite de votre changement.

Bonus :

Kit de démarrage pour une Nouvelle Vie

 

Ysa

Blandine Pezet

Dans la série des belles personnes, j'ai le plaisir de vous présenter Blandine Pezet.

J'ai rencontré Blandine dans le cadre un séminaire que j'ai organisé en 2016. Blandine est un soleil. Elle fait partie de ces personnes qui font vibrer mon âme.

J'aime sa Vision du Monde, et la façon dont elle y prend sa place. Elle a beaucoup a apporter de part sa connexion à la nature.

C'est une grande passionnée des plantes et de l'auto-guérison. Je pense que c'est réellement une ancienne plante réincarnée en humain ! Je plaisante bien sûr, mais tant que ça.

Blandine est experte en Fleurs de Bach, mais aussi au Yoga kundalini. Elle transmet de beaux messages et une énergie positive contagieuse.

http://blandinequilibre.com/

Je suis très heureuse de l'avoir comme amie et comme partenaire, puisque nous proposons un superbe séminaire sur la reconnexion à soi le 24 et 25 mars 2018.

Merci pour ce que tu es, je te souhaite une belle et longue vie à ta carrière qui va à mon avis faire parler de toi bien au-delà de nos frontières.

Ysa

Elie Guez

Il y a des rencontres d'amitiés, des rencontres amoureuses et puis il y a des rencontres de sagesse.

Elie Guez est pour moi un sage-homme qui nous aide a accoucher du sens de notre vie ! 

Je suis privilégiée d'avoir croisé son chemin, mais nous le savons :  Il est des êtres dont c'est le destin de se croiser. Où qu'ils soient. Où qu'ils aillent. Un jour, ils se rencontrent.]

Son enseignement et sa façon d'aborder les grandes questions de la vie, a fini de me convaincre que j'étais définitivement à ma place. Toute notre vie, on cherche des réponses et on se crée des questions.

Grâce à Elie, je réussi non pas à ne plus me poser de questions, mais à me poser la bonne !

Je vous invite à découvrir cette personnalité atypique. Si vous souhaitez aller plus loin dans la connaissance de la Kabbale ou de la logothérapie.

 

Pour celles qui vont entrer en Mastermind Enjoy, nous aurons la chance de l'écouter lors d'une conférence en ligne. 

Elie habite à Nice, et tient une librairie hébraïque. Si au détour de votre chemin vous passez non loin de la rue Théodore de Banville n'hésitez a passer par ce lieu tout à fait unique qui regorge de livres passionnants.

Il fut important pour moi de ne pas faire de transfert au niveau de mon père (que je n'ai pas connu, alors je le vois comme un formidable  Pair !

Ce qui est drôle quand même pour la petite anecdote, c'est que mon père s'appelait Théodore Elie ! Ahlala la vie est vraiment in-croyable !

Merci Elie pour tout ce que nous enseigne dans l'humilité et dans l'humanité.

 

Vous pouvez retrouver son enseignement icihttp://coachingexistentiel.com/

Les inscriptions sont actuellement fermées mais si vous êtes intéressées, je peux vous y introduire par parrainage, me contacter en Mp.

Ysa

Echec gagnant

Qui n'a jamais connu l'échec a raté sa vie ! (Charles Pépin)

J'adore tellement cette philosophie de vie. L'échec est le plus bel outil de développement personnel que je connaisse.

Si tu souhaites te connaître, fais et plante toi ! Oui, cela peut paraître abrupte, mais pourtant tellement vrai.

L'échec, la souffrance nous ouvre l'accès à la connaissance de soi, mais à une condition, c'est de reconnaître que l'on y est. Souvent, c'est le déni qui domine et c'est bien dommage, car dans ce cas, tu passes à coté de cette formidable expérience qui est l'échec. 

L’échec a pour vertu de nous montrer que cette voie n’est pas faire pour nous, et de nous permettre sur notre désir profond.

Ayant vécu de plein fouet un échec frontal et rapide professionnellement, je connais bien le sentiment de honte, de peur, de déception profond.

Ne pas confondre :

J'ai moi aussi associé, "avoir raté" à "être une "ratée.".

Pourtant on a tous lu sur les réseaux sociaux les histoires incroyables de ces fameuses célébrités, qui ont échoué des dizaines de fois avant d'être devenues qui elles sont aujourd'hui (Walt Disney, Steeve Job, Steven Spielberg, Jeanne Moreau, Oprah Winfrey....).

Malgré ça, en France, plus précisément, on est marqué par une éducation de la réussite absolue et surtout de la respectabilité si on réussi. C'est toujours très prégnants et cela contribue à attiser les peurs et paralyser des milliers de personnes à oser être soi et de lancer dans des projets.

C'est une histoire d'attitude et de regard des autres. Encore une fois la peur du jugement, la peur d'être rejeté par la communauté, l'Autre est une des causes des plus sournoises et des plus dévastatrices.

 Il y a des codes de la réussites implicites et viscieux. Echouer à plus de 40 ans est encore plus intolérable. Si tu n'as pas les bons codes au bon âge, je n'ai pas besoin de te faire de dessins. Tu te sens jugé, parfois rejété en tous cas c'est une certitude, tu te fermes certaines portes.

Humilité

Encore une fois, je pense que c'est surtout un grande claque dans ton orgueil et dans ton petit ego. Echouer permet de remettre les pendules à l'heure, de te réaligner avec toi-même et surtout de t'apprendre l'humilité.

Selon tes croyances, ta capacité à vivre, tu vas vivre plus ou moins vite une résilience et te faire prendre un nouveau chemin plus en adéquation avec tes aspirations.
Ne pas se servir de son échec pour "changer" quelque chose, c'est comme si tu connaissais où était le prochain iceberg, mais que tu ne cherchais pas à changer de chemin.

Dans tous les cas, je suis absolument convaincue que si tu n'écoutes pas ce que la vie à te dire, dans tous les cas elle finira par te le faire entendre de gré ou de force.

La maladie grave, les burn-outs ou l'accident sont malheureusement souvent les derniers avertissements que la vie nous envoie. A charge de chacun de réagir ou pas.

Ouvrir mon cœur, et changer 180° de direction et d'attitude a été mon salut.

Ne plus chercher à faire avec ce que j'ai, mais seulement avec ce que je suis.

Je t'assure que cela change toute la donne. Et a chaque fois que je sors de cette équation et bien ça ne marche pas. À l'inverse, dès que je me remets dans cette liberté d'être et de faire que ce que mon cœur souhaite et bien comme par magie tout se met en place.
Être dans le flow de mon être, voilà ce que m'a permis de vivre mon échec. Me mettre sur les vrais rails de ma vie. Alors oui, je viens de souffler mes 48 bougies ! Mais il n'est jamais trop tard pour être soi et construire un nouveau projet de vie !

Cet échec est ma plus belle réussite, car j'ai trouvé le sens de ma vie.

Ysa

Pourquoi Les Magiciennes d’Ose

Eh bien cette fois, ce n'est ni aux Etats Unis, ni à Paris mais bien à Toulouse en région Occitanie qu'est né un nouveau concept basé sur l'une des principales valeurs féminines, qui est l'altérité. Aller à la rencontre de l'Autre dans sa différence.

Cet événement a été créé à l'initiative d'une femme passionnée par l’humain, experte du leadership au féminin et créatrice d’événements humanistes. Elle met la puissance féminine et les femmes au centre de ses préoccupations : YsabelleRose.

Challengée mais résiliente

Née à Paris, en 1969, abandonnée par ses deux parents à l’âge de 3 ans, Ysabelle a été très tôt challengée par la vie mais fait partie de ces individus pugnaces et portés par un sens de la vie inné qu’il l'a amenée très tôt à une résilience spectaculaire.

Dès l’âge de 18 ans, elle devient entrepreneuse, sans jamais quitter cette voie. Maman de trois enfants (24, 21 et 8 ans), Ysabelle est une battante qui ne met pas longtemps à se faire remarquer pour sa force mentale et de cœur.

Reconnaissance

En mars 2016, Frédéric Lenoir accepte d’être le parrain de son association Elle Ose, anciennement Boost Camp Académie. Elle met en valeur l’énergie remarquable qu’elle déploie dans la création d’événements inspirants pour l’épanouissement des femmes. Et notamment la création d’un concept : Les Magiciennes d’Ose.

Pourquoi les Magiciennes d'Ose ?

Pour encourager les femmes à oser, à entreprendre, en regardant d’autres femmes qui ont réussi à dépasser leurs épreuves et à réaliser leur rêve.

Pour leur donner un message positif et inspirant : "Car la peur d’oser est toujours très présente chez les femmes." C’est un éloge à la puissance féminine.

« Les femmes manquent souvent de confiance en elles pour oser. Elles font face à beaucoup de freins socio-culturels et psychologiques qui les empêchent de passer à l’action. »

 

Comment stimuler l’audace au féminin ?

Il est important pour les femmes d’avoir des modèles de réussite, des mentors pour se dire que tout est possible.

Tant qu’une différence se fera ressentir, il faudra mettre les femmes à l’honneur le plus souvent possible.

« On a besoin d’exemples, de témoignages, de s’identifier à Madame Tout le monde qui a eu le courage de passer à l’action, et qui a réussi sans se donner d’excuses. »

"Les magiciennes d'Ose", c'est un spectacle conférence, basé sur les témoignages authentiques de femmes professionnelles ou amateurs, qui montent sur scène pour nous faire part de leur expérience réussie et transcendée.

Elles changent le monde en partageant le leur

Elles ont toutes une envie en commun : changer le Monde en partageant le leur. Conférencière, auteure, danseuse ou bien sportive de haut niveau, elles seront toutes unies pour réaliser un spectacle conférence authentique et rassurant.

Ici, pas de féminisme mais une simple ovation à la complétude de la puissance du féminin et du masculin.

Cette année, le thème est : « Briller par sa différence ».

Le 4 novembre 2017 au Théâtre de la Comédie à Toulouse.

13 femmes et artistes vont aborder des sujets sensibles liés aux discriminations de notre société. Pour cette année, c'est Jeanne Siaud Facchin qui succède à Frédéric Lenoir (parrain de l'édition 2016) pour honorer et représenter cet événement haut en couleurs.

Cette toulousaine passionnée a osé un pari audacieux et réussi : mettre des centaines de femmes qui veulent changer le monde en lumière.

Un spectacle audacieux et inspirant

"Les Magiciennes d'Ose", c'est une vraie nouveauté, un projet collectif audacieux, culturel et artistique.

Prochainement de nouvelles magiciennes d’ose pourraient voir le jour dans d’autres villes.

Si vous vous sentez l’âme d’une magicienne, n’hésitez pas à contacter YsabelleRose.

En attendant prenez votre place pour l’édition du 4 novembre 2017 à Toulouse, où vous pourrez vous prendre un "shoot" d'audace façon magiciennes d'ôse !

www.lesmagiciennes.com

Ysa

Comment faire pour sortir d’un échec ?

On me demande souvent comment j'ai fait pour remonter la pente après la cessation de ma dernière activité. Ou comment j'ai fait pour m'en sortir ?

C'est vrai que j'ai pris une sacrée claque qui m'a complètement jeté à terre, tel un tsunami. Mais en fait, "je ne m'en suis pas sorti", je parlerai plutôt de transformation. J'irai même jusqu'à dire, trans-mutation !

Mais la vraie question c'est : à quel moment considères-tu t'en être sorti ?

La grande illusion

Sors t-on réellement de quelque chose ? Le problème c'est que nous voulons sortir d'un échec mais nous nous accrochons à l'idée de retrouver les mêmes repères, la même vie en somme (même si celle-ci au final ne nous correspondais pas) car on se sent  jamais mieux  assis que sur le siège que l'on connaît !

Pourtant si la vie nous a amené à vivre une déconstruction, qu'on le veille ou non, nous devons faire avec. Alors soit on lutte dans tous les sens pour garder l’illusion d'un avant, ou soit on baisse une bonne fois la tête, et on accueille cette nouvelle réalité qui est nous même ou "nous m'aime", selon ce que l'on est prêt à accepter. Et c'est alors que tu relèves la tête.

L'entêtement négatif détruit ta vie

Je connais beaucoup de personnes qui ne veulent pas accepter leur épreuve, quel qu’elle soit. Baisser la tête, et reconnaître que nous ne sommes qu'un infiniment petit dans un infiniment grand. Etre au moins l'espace d'un instant dans une humilité profonde et sincère. Accepter de ne plus être dans le contrôle et la toute puissance de notre vie.

Ce fut pour moi la première marche pour sortir de la douleur physique et commencer à vivre ma trans-mutation ! Le sentiment de honte est parfois tellement lourd à supporter pour certaines personnalités qu'elles préfèrent rester dans l'illusion que rien n'a changé ! Dommage car c'est souvent la porte ouverte aux anxiolytiques.

Nous sommes dans une culture de la honte, bien entretenue par les médias. La honte d'être trop grosse, trop petite, trop masculine, trop pauvre, trop vieille, trop nul ! Ce qui ne facilite pas le rebond et l'humilité !

Mais nul de qui et de quoi ? Je me réfère toujours au  "Dîner de cons" de Francis Weber.

Oui nous sommes toujours le con de quelqu'un. Nous avons tous notre clan de cons ! Et après ?

L'humilité pour grandir

Je t'assure qu'après avoir baissé la tête au moins une fois, lorsque tu as réellement pris conscience de ton insignifiante existence aux yeux du Monde, tu entres peu à peu dans une paix avec toi et les Autres.

Ton épreuve t'as fait muter et donner une autre vision du Monde. Tu as ressenti que ton passage sur Terre n'a d'importance que celle que tu lui donnes.

Personnellement j'ai appris que tout est mutable à souhait et que rien ni personne n'est irremplaçable.

Un ami m'a dit il y a peu que dans la vie, selon un vieux proverbe, pour se réaliser il faut avoir fait un enfant, écrit un livre, et planté un arbre.

En d'autres termes il faut sortir quelque chose de soi pour le redonner au Monde. Il faut transmettre, permettre la vie, faire perdurer. Evidemment, ça me parle et ça résonne, je trouve en effet qu'il n'y a pas d'autres chemin que celui de la "trans-mission".

Je  ne vois pas la vie autrement que cela. Personnellement, j'ai besoin de challenges, de créations, de liberté, d'Amour, de joie. Il faut que ça bouge, que ça change, que ça plante, que ça pousse, que ça bouscule ! Ma vie est un rebond, une adaptation, une plantation de mille et possibles !

Tu peux donc retenir ceci :

Ne te poses plus la question, de si tu vas t'en sortir ou pas. Pose-toi plutôt la question de savoir quel objectif tu mets en place pour retrouver l'équilibre et la joie dans ton cœur.

Et que changes-tu dans ta vie pour y accéder plus facilement ?

Un emploi ? Un nouvelle façon de vivre ? Une nouvelle façon de penser ? Un nouveau projet ? Un voyage initiatique ? Une formation ?

Etre dans l'abondance et la réussite c'est être dans l'émerveillement, l'humilité et la joie de créer et de transmettre.

C'est Être en soi, c'est Être là.

Ysa