• contact@ysabellerose.com

Category Archivela chronique de Gabryelle

Gabryelle : module 2 – bilan, évaluation et retour à soi

Gabryelle : module 2 – bilan, évaluation et retour à soi

Bonjour à toutes,

Je suis au milieu du module 2 et j’avais envie de vous écrire aujourd’hui afin de vous partager mes pensées et ressentis du moment.

Ce retour à soi m’invite à retrouver l’enfant qui est en moi : c’est une rencontre à la fois insolite et enrichissante. Ce module me propose de faire des choses que je ne m’étais pas autorisée à faire depuis longtemps : m’écouter et m’exprimer… (à méditer, n’est-ce pas ?!)

Ne passe-t-on pas son temps à satisfaire les besoins, les demandes et les attentes des ordres (erreur et lapsus de frappe : je voulais écrire « des autres ») ? À s’en oublier soi ? À ne plus savoir qui l’on est… ce que l’on veut…

Je me suis toujours sentie altruiste mais finalement ne me suis-je pas soustraite à cet altruisme? Ne voulais-je pas être présente à moi-même en voulant être si disponible pour les autres ? Ne me serais-je pas oubliée ? L’erreur dans le don de soi est de s’oublier : une bonne relation ne doit en aucun cas absorber l’un des deux…

Du temps pour moi, pour compter, pour exister de nouveau… quelle aubaine ! quel cadeau merveilleux! Tout cela à travers des exercices concrets dans lesquels je peux m’exprimer et me révéler à moi-même ma personnalité, ma créativité, mon originalité... Retrouver mon cœur d’enfant pour une  plongée dans l’essentiel, presque le primitif ! en tout cas, le vital, voire le viscéral ! Car ce que nous propose YsabelleRose dans ce module 2, c’est de se mettre à nu, de parler à cœur ouvert.

On laisse son mental et son intellect de côté pour laisser parler ses émotions, ses sensations, sa voix intérieure.

Parmi ces exercices figure l’écriture. Ce travail d’écriture absolument indispensable pour penser et panser. Il libère et il laisse une trace : un dialogue avec soi, ce que l’on a été, ce que l’on est et ce que l’on sera. Une façon de figer son soi à l’aide d’encre et de papier, comme une photographie à un instant T. Y graver des instants de petites victoires et de grandes réussites qui nous galvanisent.

J’ai donc envie aujourd’hui de vous faire découvrir la petite fille que j’étais à 3 ans à l’aide d’une photo. Une promesse d’avenir, des rêves sans doute, et une insouciance et une présence de tous les instants. Un sourire d’accueil, des yeux curieux mais aussi quelques doutes liés à une certaine insécurité intérieure.

Finalement, je vais avoir 40 ans cette semaine et je suis encore cette même petite fille !

Alors concernant le doute ou mêmes les doutes, nos peurs dont nous faisons l’expérience régulièrement, rien ne vaut le lâcher-prise, la libération. Ne s’accrocher à rien de particulier mais faire des petits riens : écrire, dessiner, photographier, sourire, patienter, respirer, rêver… C’est tout cela qui nous renforce, qui nous sécurise à force, qui nous inspire aussi sans aucun doute !

Même quand on vit des moments où l’on croit que tout s’effondre, que l’on est seule à devoir et à pouvoir faire face, laisser de la place pour ce qui est et en libérer aussi pour ce qui viendra après est une des réponses.

Comment remplir un verre d’eau propre qui est déjà plein d’eau sale ?…

C’est bientôt le printemps… le renouveau… et pour l’accueillir, il va falloir faire de la place, du ménage, du tri, ouvrir grand les fenêtres et faire entrer un nouvel air, de nouveaux rayons de soleil, quelques gouttes de pluie, le chant des oiseaux et l’odeur des premières fleurs !

Accueillons, ouvrons, contemplons !

Merci la vie de m’offrir la possibilité de pouvoir recevoir chaque jour de petites satisfactions qui font un grand tout.

Un retour à l’essentiel. En toute simplicité, authenticité, vérité.

Merci Ysabelle Rose pour ce retour à soi.

Gabryelle

 

Programme Déclics : 1ère semaine

Je suis heureuse de vous retrouver pour partager avec vous ma première semaine du programme Déclics !

La première semaine s’intitule « Optimiser son départ » et invite, entre autres choses, à renforcer son désir de changement et à consolider sa confiance en soi.

Si je devais résumer cette semaine en une seule expression, je parlerais de « montagnes russes » car ces quelques jours ont été à la fois riches en découvertes et échanges voire euphoriques mais aussi marqués par des moments de doutes et de baisses de moral.

En effet, une des tentations liée au changement est celle de vouloir… aller plus vite que la musique ! Le phénomène est comparable à ce qui se passe lorsque l’on démarre une nouvelle vie sentimentale, finalement : vous avez mis fin à l’ancienne relation et plutôt que de prendre le temps du travail de deuil et d’introspection vous vous jetez dans les bras du premier venu afin de combler ce manque affectif qui ressemble à un vide intergalactique !

Commençons par les moments de joies et de découvertes : ils sont liés aux différents exercices proposés qui m’ont permis de libérer mon énergie (qui a été donc ensuite à canaliser) mais aussi de clarifier le présent. Apprendre à se reconnecter à soi est un vrai cadeau à s’offrir à soi-même et qui a des répercussions sans conteste sur notre environnement : mon rapport aux choses, aux personnes, aux situations a été profondément bouleversé. Je sens que mes hésitations, mes doutes concernant des choix à formuler ou des décisions à prendre s’estompent pour laisser place à une vision plus juste et plus claire.

Je gagne en sérénité et en énergie, vraiment !

En revanche, lorsque ces certitudes deviennent des réactions euphoriques, je sens que je vais avoir une contrepartie négative. Comme si mon esprit et les événements m’invitaient à ralentir dès que je suis tentée d’accélérer ou de vouloir  maîtriser telle ou telle chose.

L’accueil, l’acceptation, l’ouverture, la tempérance et la gratitude restent les pratiques quotidiennes à mettre en œuvre afin de remplacer les vieux mécanismes de contrôle, de peur, de surinvestissement… Tous ceux qui peuvent malheureusement amener à l’insatisfaction, la dépression ou même le Burn-out.

Et il est vrai que si je fais le bilan de cette semaine, les événements les plus heureux ont été les rencontres ou situations imprévues et les moments où j’étais en parfaite harmonie entre mon intérieur et mon extérieur.

La 2e  semaine du programme s’intitule « Bilan, évaluation et retour à soi » et va m’inviter à me tourner vers ma mission de vie. Effectivement, je pense qu’en identifiant plus précisément mes attentes, je vais pouvoir me (con)centrer davantage et avancer en ayant une base solide fondée sur mes valeurs.

Lorsque j’ai eu YsabelleRose au téléphone afin de lui faire part de mes remarques, elle n’a pas été étonnée et a confirmé que la suite du programme allait servir à identifier davantage mes potentiels personnels sur lesquels m’appuyer en complément des outils fournis lors de cette première semaine.

Ce nouveau départ a été également l’occasion d’entrer en contact avec Blandine Pezet, professeur de yoga kundalini et conseillère experte en fleurs de Bach. Elle a été particulièrement chaleureuse, réceptive et à l’écoute de mes besoins spécifiques.

Ce début de parcours en développement personnel at donc été pour moi un mélange de joies, de doutes mais aussi de belles rencontres !

Quand on avance seul, on va vite. Mis quand on avance ensemble, on va plus loin.

Aujourd’hui, je me sens sereine mais aussi lucide (de lux, lucis : la lumière, en latin).

À suivre…

En attendant, prenez soin de vous.

Je vous embrasse.

Gabryelle

 

Gabryelle ose le Déclic !

Demain est un nouveau jour…

J’ai décidé de devenir celle que je veux être !

Alors je ne sais pas encore exactement qui je suis ni même où je vais mais je sais déjà comment y aller et avec qui. Je me dirige vers un horizon plus vrai et plus serein. Je serai accompagnée de personnes de confiance ; je les ai choisies ou alors je dirais plutôt que la vie a décidé de les mettre sur mon chemin et moi j’ai alors choisi de leur donner une place (ou non) car j’ai compris que depuis que je lâchais prise, la vie s’occupait du reste. Et je suis sûre que plus je clarifierai mes attentes et demandes, plus j’obtiendrai ce qu’il me faut : la loi de l’attraction !
Il y a encore quelque temps, je me sentais comme une coquille vide : plus envie de rien… au point de ne plus savoir qui je suis ni ce que j’attends de la vie.
Un burn-out éprouvant mais salvateur.
J’ai accepté mes faiblesses, mes fragilités, mes erreurs ; je me suis pardonnée à moi-même et ai pris le temps de la pause. Se poser, se reposer, attendre et observer. Parfois perdre courage mais toujours se relever pour, petit à petit, se régénérer et découvrir que la coquille n’est pas vide mais qu’elle contient bien un être à devenir, tout neuf, fragile encore mais aussi plein de vitalité : à l’image d’un poussin qui deviendra fort et fiable comme un aigle (c’est le logo de Elle Ôse choisi par YsabelleRose). Ouvrir les yeux doucement et se rendre compte que la lumière était tout près ; elle ne demandait qu’à percer à travers les paupières et la fine enveloppe minéralisée de la coquille.

Saisir cette douce lumière comme une invitation à vivre et à reprendre goût aux petites choses toutes simples. Y croire et se rappeler que le plus important dans tout cela c’est de compter pour les autres mais aussi et d’abord pour soi. Sans soi, pas d’autre pour les autres.
Oui compter. Ne plus accorder d’importance à l’avoir ni au faire. Etre simplement. ETRE. Lever ce doute ou cette peur angoissante de n’être rien si l’on ne possède rien ou si l’on ne fait rien. La question des biens matériels, des possessions immobilières, des finances ainsi que celle de l’activité professionnelle peuvent devenir des sujets d’angoisse personnelle et de pression sociale.
J’ai dit Stop à cela et m’efforce aujourd’hui d’être.

Je me recentre sur mes besoins, mes envies, mes goûts, mes passions : je choisis de me déconditionner et de me réveiller pour me révéler !
Demain, je vais donc débuter le programme Déclics proposé par Ysabelle Rose.
Ce sera le 1er février 2018 : le premier jour du reste de ma vie.
Je veux du OUI ! Je veux du ET ! Je veux du AVEC !
Merci la vie de me donner cette opportunité : gratitude !
Je choisis de me déconditionner et de me réveiller pour me révéler !
Un reset ! Des risettes et beaucoup de moments intenses à venir et à partager.
Je vous tiens au courant.

Bien à vous toutes.
Prenez bien soin de vous !
Gabryelle C.

Rencontre de Gabryelle et YsabelleRose

Gabryelle rencontre Ysabelle Rose

Bonjour à toutes !

J’ai eu l’honneur et le plaisir d’entrer dans le quotidien d’Ysabelle Rose qu’elle a partagé avec moi avec beaucoup de complicité et de bienveillance.

Je vais donc vous raconter, comme promis, ce séjour au cœur de la vie d’une entrepreneuse Organisée, Sereine et Enthousiaste.

J’ai d’abord été accueillie dans une maison aux ondes très positives : d’emblée, on s’y sent bien et la présence de Duchesse y est certainement pour beaucoup. Cette jolie chatte m’a accompagnée pendant ce séjour d’une façon douce et chaleureuse : échange de caresses et de ronronnements garanti !

Sans compter le confort des chaussons prêtés par Ysabelle Rose : on n’est pas à un détail prêt quand il s’agit de bien-être.

Je continuerai en vous mentionnant un des kifs du séjour qu’il ne faut pas négliger non plus : prendre un bon bain chaud et moussant dans la baignoire d’angle de la salle de bain du rez-de-chaussée… Une clé de l’entrepreneuse : savoir se faire plaisir et prendre du temps pour soi, c’est du temps et de l’énergie de gagner pour mener à bien ses projets !

Pendant ces quelques jours, j’ai vécu le quotidien d’Ysabelle Rose en tant que femme, mère et entrepreneuse bien sûr. Ces trois dimensions sont inséparables.

Nous avons donc échangé quelques confidences de nos vies de femmes (enfance, parcours, histoires sentimentales) ce qui nous a rapprochées mais aussi réconfortées dans la mesure où l’on se sent moins seules et comprises, car le jugement ne fait pas partie de notre tempérament. Nous l’avons abandonné l’une et l’autre au gré de notre développement personnel et spirituel. Le non-jugement est un acte libérateur (on n’enferme pas l’autre dans une case) et libératoire (on devient libre soi-même, on s’allège de ce conditionnement qui rend notre vision très étroite).

Ysabelle Rose est une femme qui a un quotidien à la fois orchestré par ses obligations de mère et d’entrepreneuse mais aussi chez laquelle on sent une grande autonomie et liberté : c’est ce qui me plaît chez elle et en moi, certainement. Pouvoir aménager, décider de son emploi du temps en fonction de ses obligations mais aussi de ses envies.

J’ai également découvert une mère très proche de ses deux filles. J’ai donc partagé des moments sympas avec Rosalie tout d’abord : petite fille au tempérament bien trempé avec laquelle j’ai pu notamment chanter Louane ou La reine des neiges en karaoké ! Une petite fille gaie et solide à l’image de sa maman.

J’ai eu aussi l’occasion de partager un dîner avec Roxane, jeune femme 24ans, très dynamique qui semble vouloir mettre ses pas dans ceux de sa mère et qui se révèle être un soutien et une aide non négligeable dans l’activité d’Ysabelle Rose : elles semblent liées par un fil invisible et indestructible qui les mènent mutuellement vers un objectif commun qui est de se réaliser. Elles combinent leurs compétences à merveille. Le couple mère-fille se transforme à loisir en un couple de collaboratrices efficace. Ce dîner a été l’occasion d’échanger des idées et a vu naître notamment celle de la boutique en ligne que vous allez pouvoir découvrir très prochainement. Il a été également l’occasion de déguster un bon champagne provenant de ma région (une rencontre, cela se fête !), un délicieux aïoli préparé par YsabelleRose (dont je me suis régalée !) et enfin un cheese-cake que vous pourrez découvrir en photo !

Ce séjour dans cette petite bourgade de l’agglomération toulousaine a été aussi le moyen pour moi de découvrir l’envers du décor : ordinateurs, matériel pour la lumière et l’univers du web incorporé à la vie quotidienne ! Nous avons donc parlé entre autres choses du travail des photos, de la création d’un blog et j’ai pu tester le webinaire en direct. Si cela paraît être un exercice très facile, il faut savoir que cela demande toute une préparation en amont qui est assez colossale mais surmontable avec beaucoup de travail, de collaboration et d’organisation. Ysabelle Rose, les autres femmes présentes à distance Cinzia, Blandine, Mansou  et moi y avons pris beaucoup de plaisir. J’ai vu une Ysabelle Rose concentrée et très habile. Nous avons repris ensuite ensemble les points à améliorer. Une expérience très enrichissante pour toutes !

Cette rencontre a été enfin pour moi un temps privilégié pour faire mûrir mon projet : Ysabelle Rose m’a fait faire l’exercice de l’échelle de Dilts qui m’a aidée à prendre conscience de ma situation actuelle et à me projeter dans un futur professionnel concret. J’y ai gagné en assise et en sérénité ; c’est-à-dire que j’ai pu poser les choses, les conscientiser et les inscrire dans un projet : je sais aujourd’hui que je veux apporter mon aide aux gens. Ysabelle Rose m’a invitée à passer à l’étape suivante consistant à passer à l’écriture à travers la création d’un blog dans lequel je vais pouvoir répondre aux questions suivantes : qui suis-je ? quelles sont mes passions, mes forces et compétences ? quels services suis-je prête à proposer ? à quel public ?...

Voilà cette rencontre en chair et en os s’inscrit comme une étape importante de mon cheminement personnel et professionnel. Elle m’a permis de nourrir mon discernement et de vivre le quotidien d’une femme entrepreneuse, d’en comprendre les enjeux et les joies !

Merci donc à vous toutes (Duchesse, Rosalie, Roxane et Ysabelle Rose) de m’avoir accueillie le cœur grand ouvert !

Quant à nous, femmes en quête de changement, je nous donne rendez-vous pour suivre en temps réel ce cheminement vers la réalisation et l’utilisation du plein potentiel féminin et professionnel dans les semaines qui viennent avec le programme Déclics que je vais suivre.

À bientôt !

Et merci à vous de me lire.

Gabryelle C.

Le 26 janvier 2018

 

P.S : Après la méditation de la citation « les pieds sur terre et la tête dans les étoiles », je vous invite à prendre soin de vous ! Des kiffs, des petits plaisirs en solo ou partagés, des compliments ou des sourires à faire et à recevoir… des petits riens qui font beaucoup !

Promis ? 😉

La force d’entreprendre passe par l’estime de soi !

 

 

Gabryelle ose !

Gabryelle ose !

Eh oui, il est temps d’oser !

Je me lance et je me présente donc à vous toutes.

J’ai 39 ans, suis mère de 2 garçons et vis seule (j’ai divorcé il y a 3 ans et demi, j’ai un compagnon dans ma vie depuis plus d’un an, qui a lui aussi des enfants et avec lequel nous avons choisi de vivre séparément pour l’instant).

J’ai commencé à enseigner il y a plus de 15 ans et après quelques années passées à rendre de bons et loyaux services, je me suis rendu compte que j’avais besoin d’autre chose. En 2011, j’ai fait le constat que je m’ennuyais vraiment ; j’ai donc commencé un parcours de discernement qui a été interrompu par les aléas de la vie (divorce et attentats qui m’ont fortement affectée). Je suis alors entrée, malgré moi et grâce à ma solitude (garde alternée choisie mais douloureuse et insatisfaisante) et à Internet, dans une démarche d’intériorité et de développement personnel. J’y ai alors trouvé mon bonheur et beaucoup de lumières. Et en même temps cela m’a beaucoup déstabilisée puisque ces trouvailles m’ont amenée à me remettre en question et à revoir l’ensemble de mes habitudes, de mes croyances ; ma vision du monde et de la vie a été entièrement revisitée…

Un vrai cadeau : je ne fonctionnerai plus comme avant !

Autant dire que cela m’a déboussolée et que cela a bousculé aussi mon espace et mon entourage : j’y ai fait un tri ! Plus de place pour le superflu ou le nocif !

Je décidai enfin de devenir celle que je voulais être !

J’ouvre une parenthèse : mon esprit avait oublié pendant 35 ans que j’avais été diagnostiquée précoce et cette information est remontée lors de mes explorations dans la toile. J’ai compris qu’il fallait que je fasse absolument tomber le masque (ce que mon beau-frère m’avait répété depuis longtemps mais que je n’avais pas compris ou alors que je n’avais pas voulu comprendre inconsciemment…). Cela peut paraître un détail mais peut-être que certaines d’entre vous se reconnaîtront. Devenir soi, abandonner son faux self, ne plus se sur adapter et anticiper les besoins des autres mais bien se recentrer sur soi, sur ses envies. Regagner confiance en soi, en l’autre, en la vie !

J’ai donc fait le ménage au sens propre (les déménagements servent à cela aussi !) et au sens figuré : j’ai abandonné la quantité, la difficulté, l’agitation au profit de la qualité, la douceur, le silence…

Cela m’amènera à vous parler de la méditation de pleine conscience.

Je reviens un instant aux attentats : ils ont été comme un électrochoc pour moi et certainement pour nous toutes !

Comment continuer à être, à avoir et à faire comme avant alors que tout peut s’arrêter du jour au lendemain…

Je me suis dit que pour toucher à l’éternité, il fallait vivre chaque seconde pleinement : 1 seconde plus 1 seconde = l’éternité !

Ces périodes de turbulences ont été aussi pour moi l’occasion de dire à mes enfants, à mes proches ou encore à amis combien je les aimais. Vous savez cet élan du cœur que l’on ne peut pas retenir quand on sent ces instants où tout pourrait nous échapper ou que l’on voudrait rendre infinis.

J’ai revisité les embrassades, les câlins, les mots doux auprès de ma mère, de ma sœur et d’autres encore.

J’ai osé un peu plus de tendresse mais aussi de joie ! J’ai redécouvert le jeu, le rire qui rendent si vivante.

Mais comme cela n’est pas forcément habituel dans notre société, j’ai été parfois confrontée à de la froideur ou à de l’incompréhension. Pas si facile d’opter pour l’optimisme. Mais je tiens bon car cela me fait un bien fou.

Enfin, j’ai changé mon rapport au temps : j’ai ralenti et su mettre des priorités. J’y reviendrai aussi plus tard.

Je terminerai cette introduction en vous racontant ma rencontre avec YsabelleRose…

J’étais donc sur le fil d’actualité de ma page Facebook quand j’ai vu qu’YsabelleRose cherchait des rédactrices d’articles pour agrémenter son blog. L‘écriture m’attirait (on m’encourageait régulièrement à passer le pas) mais il est vrai que, n’ayant pas vraiment de destinataire, le projet était resté à l’état d’idée. Je trouvais donc sur cette offre la possibilité de m’adresser à…vous !!! Je suis entrée en contact avec YsabelleRose par Messenger ; elle a répondu rapidement que mon profil l’intéressait et m’a invitée à aller voir son blog : elleose.com. L’intitulé était déjà en lui-même très inspirant ! La coïncidence (!) m’a fait y trouver des références à Frédéric Lenoir que je connaissais par la création de son association SEVE (pour la philosophie et la méditation à l’école) et Jeanne Siaud-Facchin (spécialiste des Hauts Potentiels Intellectuels autrement appelés Zèbres). J’y ai également découvert l’Association Les Magiciennes d’Ose dont j’ai trouvé le concept formidable !

Je vous invite bien sûr à aller découvrir tout cela sur la page elle-même, ce sera beaucoup plus parlant !

Le contact a été tout de suite très naturel entre YsabelleRose et moi : nous avions envie de collaborer ensemble, de faire un bout de chemin côte à côte dans un rapport de confiance et de mutualisation de compétences. Je l’aiderais à agrémenter son site grâce à mes articles et elle m’accompagnerait dans ma démarche vers le changement professionnel (dernier domaine à réajuster !). Petit à petit, au gré des échanges (téléphone, Skype, Messenger…), nous avons imaginé cette story que nous voulons vous faire partager aujourd’hui. Nous sommes donc en route toutes ensemble !

Cette aventure me ravit d’avance.

Et donc cerise sur le gâteau : j’ai décidé de prendre le train pour rencontrer YsabelleRose en chair et en os, ce qu’elle a accepté très facilement.

Entretien réel dès la semaine prochaine.

Ysabelle et moi vous raconterons tout ; c’est promis !

En attendant, je vous laisse méditer cette phrase qui m’est venue lors de mon introspection : « les pieds sur terre et la tête dans les étoiles » (un beau titre de livre, non ?).

Gabryelle C.

(le 19 janvier 2018)