Gabryelle : module 2 – bilan, évaluation et retour à soi

Bonjour à toutes,

Je suis au milieu du module 2 et j’avais envie de vous écrire aujourd’hui afin de vous partager mes pensées et ressentis du moment.

Ce retour à soi m’invite à retrouver l’enfant qui est en moi : c’est une rencontre à la fois insolite et enrichissante. Ce module me propose de faire des choses que je ne m’étais pas autorisée à faire depuis longtemps : m’écouter et m’exprimer… (à méditer, n’est-ce pas ?!)

Ne passe-t-on pas son temps à satisfaire les besoins, les demandes et les attentes des ordres (erreur et lapsus de frappe : je voulais écrire « des autres ») ? À s’en oublier soi ? À ne plus savoir qui l’on est… ce que l’on veut…

Je me suis toujours sentie altruiste mais finalement ne me suis-je pas soustraite à cet altruisme? Ne voulais-je pas être présente à moi-même en voulant être si disponible pour les autres ? Ne me serais-je pas oubliée ? L’erreur dans le don de soi est de s’oublier : une bonne relation ne doit en aucun cas absorber l’un des deux…

Du temps pour moi, pour compter, pour exister de nouveau… quelle aubaine ! quel cadeau merveilleux! Tout cela à travers des exercices concrets dans lesquels je peux m’exprimer et me révéler à moi-même ma personnalité, ma créativité, mon originalité... Retrouver mon cœur d’enfant pour une  plongée dans l’essentiel, presque le primitif ! en tout cas, le vital, voire le viscéral ! Car ce que nous propose YsabelleRose dans ce module 2, c’est de se mettre à nu, de parler à cœur ouvert.

On laisse son mental et son intellect de côté pour laisser parler ses émotions, ses sensations, sa voix intérieure.

Parmi ces exercices figure l’écriture. Ce travail d’écriture absolument indispensable pour penser et panser. Il libère et il laisse une trace : un dialogue avec soi, ce que l’on a été, ce que l’on est et ce que l’on sera. Une façon de figer son soi à l’aide d’encre et de papier, comme une photographie à un instant T. Y graver des instants de petites victoires et de grandes réussites qui nous galvanisent.

J’ai donc envie aujourd’hui de vous faire découvrir la petite fille que j’étais à 3 ans à l’aide d’une photo. Une promesse d’avenir, des rêves sans doute, et une insouciance et une présence de tous les instants. Un sourire d’accueil, des yeux curieux mais aussi quelques doutes liés à une certaine insécurité intérieure.

Finalement, je vais avoir 40 ans cette semaine et je suis encore cette même petite fille !

Alors concernant le doute ou mêmes les doutes, nos peurs dont nous faisons l’expérience régulièrement, rien ne vaut le lâcher-prise, la libération. Ne s’accrocher à rien de particulier mais faire des petits riens : écrire, dessiner, photographier, sourire, patienter, respirer, rêver… C’est tout cela qui nous renforce, qui nous sécurise à force, qui nous inspire aussi sans aucun doute !

Même quand on vit des moments où l’on croit que tout s’effondre, que l’on est seule à devoir et à pouvoir faire face, laisser de la place pour ce qui est et en libérer aussi pour ce qui viendra après est une des réponses.

Comment remplir un verre d’eau propre qui est déjà plein d’eau sale ?…

C’est bientôt le printemps… le renouveau… et pour l’accueillir, il va falloir faire de la place, du ménage, du tri, ouvrir grand les fenêtres et faire entrer un nouvel air, de nouveaux rayons de soleil, quelques gouttes de pluie, le chant des oiseaux et l’odeur des premières fleurs !

Accueillons, ouvrons, contemplons !

Merci la vie de m’offrir la possibilité de pouvoir recevoir chaque jour de petites satisfactions qui font un grand tout.

Un retour à l’essentiel. En toute simplicité, authenticité, vérité.

Merci Ysabelle Rose pour ce retour à soi.

Gabryelle